Cette phrase qui stoppait net les disputes entre Louis et Zélie Martin

Scdlgc.com Famille Cette phrase qui stoppait net les disputes entre Louis et Zélie Martin

Le 12 juillet, jour anniversaire de leur mariage, Louis et Zelie Martin sont canonisés. C’est l’occasion de voir comment ils ont remédié aux petites tensions conjugales avec humour.

Louis et Zelie Martin étaient les parents de Sainte Thérèse de Lisieux. Malgré leur désir d’être saints, ils n’étaient pas à l’abri de conflits au sein de leur mariage. Les lettres de Zelie décrivent certains cas de friction ou de dispute sans se plaindre ni exprimer d’amertume.

Zelie, par exemple, a peur de la réaction de Louis si elle écrit qu’elle rangera son établi d’horloger pendant son absence à Paris. Zelie a peut-être dit cela parce qu’elle sait que son mari n’apprécie pas ce genre de rangement.

Statut de Louis et Zélie Martin

Louis semble aussi croire que sa femme est un peu dépensière. Zélie se défend. « Peu importe ce que je lui dis, il a du mal à me croire. Il a confiance en moi et sait que je ne vais pas le ruiner. Ceci est pour vous faire sourire. Un autre sujet de dissension en mai 1871 : Zélie mentionne qu’elle est allée à Lisieux avec ses filles, Céline et Céline. Louis pense que c’est de la folie. Zélie conclut que Louis a raison et qu’il pourrait se repentir.

« Attention, nous allons être un mauvais ménage ! »

Pauline, leur jeune fille, se faufile auprès de sa mère et lui demande : « Maman, c’est un mauvais ménage ? ». Zélie éclate de rire et répond : « Ne t’inquiète pas, j’aime beaucoup ton père ». Elle répète ensuite ce bon mot à son mari, qui rit en retour. Cette anecdote est devenue une blague familiale, qui a permis par la suite d’écourter les conflits. En effet, à chaque fois que Louis et Zélie se disputent, l’un d’eux rappelle à l’autre : « Fais attention, ça va être une mauvaise famille ! ». Bien que le ton soit ironique, il ne s’agit pas de se moquer d’un quelconque « mauvais ménage ». Ironique parce qu’il fait référence à la peur de la petite Pauline. Cela a suffi à apaiser le conflit et à recentrer leur attention sur ce qui était important pour eux : puiser en Dieu, par la prière et l’eucharistie, la source de leur amour.